Journal d’un été 2013

mardi 22 octobre 2013
par  Charles Mandou
popularité : 38%

Cet article est consacré aux évènements de la boule lyonnaise, avec comme il se doit des potins et des bruits qui circulent et qui risquent de défrayer la chronique.

Chroniqueur que je suis (attention aux sous-entendus, n’est-il pas), je vais une fois de plus attirer les foudres de certains.

Comme le décrivait Philippe Meyer dans ses portraits acides et autres pensées édifiantes, « un chroniqueur se compose de 80% d’eau. Ceux savent de quelles boissons, il a coutume de se désaltérer et de quelles ripailles il fait son ordinaire, en manifestent un vif étonnement ».

Et vous n’êtes pas au bout de vos peines !!!

Cette chronique n’en est pas pour autant anachronique.

Traditionnellement la saison boulistique se termine au mois de juillet par le championnat de France quadrette qui se déroulait cette année sur deux lieux Evian et Thonon.

Je ne me suis pas déplacé cette année en raison de l’éloignement et des difficultés de logement dans une région très touristique.

J’ai regardé la diffusion des finales sur Sport Boules diffusion, bien mal m’en a pris !

La qualité de la retransmission était très mauvaise avec des coupures de son et d’images incessantes par le site hébergeur et surtout la diffusion était concentrée uniquement sur les finales F1 et 1ère division hommes à croire que les autres, 2ème 3ème et 4ème division ça n’existent pas !

Heureusement que la finale des élites s’est rapidement terminée ce qui nous a permis de voir quelques mènes de la finale de 2ème division autrement plus techniques.

A la réflexion, à vouloir rassembler un si grand nombre de joueuses et de joueurs sur un ou deux sites, la FFSB se fourvoie à maintenir ce championnat dans de telles conditions.

Halte au gigantisme pour les compétitions hexagonales et ce d’autant plus en période de crise économique car les villes désireuses d’organiser ce championnat doivent avoir des installations sportives importantes et des infrastructures immobilières adaptées pour accueillir l’ensemble des participants.

Alors pourquoi ne pas revoir l’organisation et le calendrier en rassemblant les 1ères et 2èmes division, hommes et femmes sur un site et les 3èmes et 4èmes division sur un autre site et pas à la même date !

Nous attirerions davantage de spectateurs néophytes et de fervents de la boule lyonnaise.

Dans nos contrées éloignées de la maison Mère Boule Lyonnaise, nous nous ingénions à la maintenir à bout de bras sans avoir grand-chose en retour et nous nous essoufflons y compris les quelques nationaux de notre région qui doivent parcourir des centaines de kilomètre afin de disputer des épreuves qualificatives pour les championnats de France.

Attention de ne pas commettre l’irréparable si le pôle Jeunes d’Albi disparaît au profit de la région Rhône-Alpes.

Les championnats terminés, place désormais aux concours durant l’intersaison.

Force est de constater dans notre département comme dans la région Midi-Pyrénées qu’ils ne font plus le plein et même certains ont dû être annulés et pourtant ils étaient bien dotés.

Jouons- nous trop ? La passion s’étiole-t-elle en vieillissant ? Effets de la crise économique ?

Toujours est-il qu’au mois d’août des occitans dont les mémés aiment la castagne s’en sont allés au pays de la catanha à Antraygues/Volane pour y disputer le 5ème open mixte en doublettes.

Alain Le Gall et Babé s’y sont illustrés en remportant le 1er concours et Marie-France et Bernard Cubaynes s’inclinant en finale du 2ème.

Pour d’autres ce fut difficile… !

Certains ayant abusé de la surprenante et douce liqueur de châtaigne au nez subtil et très fruité se sont assoupis à l’ombre des platanes.

En fin de mois d’août, Agen accueillait le championnat de France vétéran quadrette et vous savez tous ce qu’il est advenu à la quadrette Caussadaise de Robert Delpeyrou.

Evidemment, je m’y suis rendu et je retrouvais d’autres supporters dont le staff castelsarrasinois venu en camping-car et Serge Furlan qui exposait ses boules et qui n’avait d’yeux que pour « Chimène Sécurité ».

Je déambulais autour des cadres de jeux et des parties en cours, photographiant joueurs et spectateurs à la recherche d images particulière parfois cocasses, humoristiques (j’y ai vu un arbitre en tenue tricolore arborant des chaussettes aux couleurs italiennes, des tatouvages...) et évocatrices quand je fus interpellé par un escogriffe muni d’un appareil photo reposant parfois sur un pied, tremblerait-il le bougre, et, avec un téléobjectif long comme un jour sans pain.

Agacé certainement par mes prises de vue, ne voit-il pas qu’il me demande mon nom sur un ton inhospitalier.

Je lui rétorquais tout de go de quel droit pouvait-il me demander mon identité et qui était-il ?

A quel « penjalum » car il me rappelait la Catinou traitant ainsi son époux Jacouti que j’écoutais ça sert d’os telle ment, autrement dit religieusement, en compagnie de mes parents tous les dimanches matin sur radio Toulouse, me répondait qu’il était le photographe accrédité par la FFSB.

Et moi de lui répondre que j’étais licencié à la FFSB et que j’étais un photographe amateur.

L’affaire en restait là, chacun restant sur ses positions lui vacant à ses occupations professionnelles et lucratives et moi aux miennes, amatrices que vous pourrez feuilleter dans le portfolio… !

Par ailleurs, il ne s’est pas gêné de retarder le début du barrage que les Caussadais devaient disputer pour leur tirer le portait et qui les a très certainement perturbés dans leur concentration et vous verrez donc la photo souvenir pour ne porter atteinte aux intérêts ni de l’un ni à la concentration des autres.

Ca s’est du professionnalisme !!!

L’automne arrivant, l’été indien se poursuit confirmant le dicton normand souvent à la Sainte-Ursule, le froid d’un pas recule et avec lui, la saison des concours vétéran repart de plus belle.

Mais attention, l’abondance peut nuire et viendra le jour où vous ne ferez plus le plein.

Les championnats des clubs sportifs et les AS départementales ont débuté fin septembre.

L’hiver approchant les oiseaux se cachent pour jouer dans les boulodromes.

C’était une chronique estivale ! L’été indien se poursuit peut-être jusqu’à celui de la Saint-Martin ?

Bonne saison à Toutes et à Tous.

N’oubliez pas de vous faire vacciner contre la grippe !!!

Charles Mandou


Partenaires

Logos des partenaires et des sites

PNG - 46.5 ko

JPEG

PNG

JPEG

JPEG

JPEG

JPEG

JPEG


Navigation

Articles de la rubrique

  • Journal d’un été 2013